Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La soixantaine infernale de Charles Nemes

24/10/2018 -

Auteur et réalisateur (on lui doit notamment La tour Montparnasse infernale, d'où, en partie, le titre de cet article), Charles Nemes, 67 ans, met en scène un "héros" sexagénaire qui pourrait bien lui ressembler (au moins un peu). Parisien, replié sur lui-même, plus par sentiment d'inutilité et par désoeuvrement que par une éventuelle misanthropie, Jacques, alias "Uncle Jack" pour sa nièce favorite, est un auteur sur le fil du rasoir, perturbé par la disparition progressive de ses érections et en quête du sens à donner à une vie en train de s'enfuir, elle aussi. Chemin faisant, il va croiser Christine Angot, l'écrivain, et esquisser envers elle une passion amoureuse dilettante. De même qu'avec sa vieille amie Paule, dont l'ardeur sexuelle ne répond pas vraiment à la quête de sens de Jack, malgré ses espoirs. Reste sa nièce, Adèle. Jack n'est pas un tonton pervers, il n'est pas question ici de relations non désirées, Une si brève arrière-saison n'a rien du livre à thèse dénonçant des dérives sociales ou des abus cachés. On est ici dans le distancié, dans une amertume à la fois amusée et un rien nombriliste, dans l'humour désabusé et dans le profondément sain. Le quasi-révolté. Mais une révolte invisible, de celles qui vous font passer un type bien, cherchant le bon chemin, pour un asocial nécessitant une rééducation. Ce sont finalement les événements, car au bout du compte ce sont eux qui nous commandent, qui vont offrir à Uncle Jack ce qu'il cherchait, donner un sens à cette vie avec laquelle il ne savait comment mettre un terme. De quelle manière ? A vous de lire.

>pour Words from Mars >Pat Houloew
"Une si brève arrière-saison", de Charles Nemes, chez HC éditions, 224 pages, 19 euros

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :