Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michaël Mention gets the power

10/09/2018 -

Un poing levé sur la jaquette, mais un uppercut donné au lecteur. Power, le dernier roman de Michaël Mention, natif de Marseille mais installé à Paris, est un pavé d’une exceptionnelle qualité. D’abord dans l’écriture et la construction. Faisant appel à de la musique et à un fond sonore d’actualité des années 60, Mention parvient à les inscrire dans le corps du texte comme si cela allait de soi. Son style est sobre mais évocateur, ses personnages sont ciselés par touches récurrentes, et la construction du récit tourne comme une boucle qui devient obsédante, s’arrêtant tour à tour sur des protagonistes dont chacun a une vision du monde. Mais le plus puissant dans ce Power, c’est le sujet qu’a choisi Mention : la naissance et la mort des Black Panthers, ce groupe révolutionnaire noir-américain, marxiste et internationaliste qui a secoué la société des États-Unis dans les années 60 et 70. Au passage, Mention raconte aussi la méthode avec laquelle le FBI a noyauté les Black Panthers et d’autres mouvements. Sur fond de racisme virulent, de guerre des gangs et de guerre du Vietnam, d’assassinats des Kennedy, etc. Un scénar plus fort qu'un film de Spike Lee, pour un bouquin qui a le power, le pouvoir, de vous scotcher page après page.
> pour Words from Mars > Paul Hardman

"Power", de Michaël Mention, éditions Stéphane Marsan, 464 pages, 20 euros.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :