Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Descosse (Olivier), Fabre (Cédric), Nemes (Charles)

13/03/2017 -

Trois auteurs qui n'ont rien à voir. Trois livres qui, pareil. Enfin, pour être juste, non. Deux de ces trois auteurs sont marseillais. Tout au moins vivent à Marseille ; Olivier Descosse et Cédric Fabre. Et deux autres parlent de l'intimité, de l'homme tel qu'en lui même, du couple, de la relation amoureuse ; Charles Nemes et Olivier Descosse. Voilà. Pourquoi traiter des trois en un même article ? La question se pose. La réponse est dans le timing, et le hasard du timing. Les trois livres sont sur ma table de chevet. Je viens d'achever la lecture de l'un, je lis le deuxième, et je vais ensuite lire le troisième. Je ne vous dirai pas lequel est lequel d'ailleurs.

Mais je vais commencer par celui de Cédric Fabre. Parce que je sais que j'y reviendrai. C'est une sorte de teasing donc, de mise en appétit. Cédric Fabre est journaliste, rocker, dans l'âme ou dans son activité, mais surtout écrivain. Il dispense des ateliers d'écriture, il dirige des ouvrages et il écrit des romans. Plutôt des romans noirs. D'ailleurs, il a été publié à la Série Noire (La Commune des Minots) et il a dirigé le recueil de nouvelles Marseille Noir. On pourrait penser que l'adjectif ("noir") lui colle à la peau. Pourtant pas tout à fait puisqu'il a signé cette fois chez Sang Neuf, une collection des éditions Plon, pour un roman qui sort le 6 avril intitulé Un bref moment d'héroïsme. Dans lequel, à Marseille, les élus n'ont pas la vie belle : dès qu'ils tiennent meeting, une bande d'iconoclastes violents ont décidé d'empêcher leurs discours. Paolo, Lang, Olivia, Awa et Arsène la jouent "fight club". Marseille encaisse les coups, cela fait 2600 qu'ils pleuvent, mais peut-elle vraiment sortir gagnante de ce ring d'un nouveau genre ?

Social aussi, à sa façon douce, mais moins politique, le roman de Charles Nemes, par ailleurs réalisateur atypique (assistant sur Erotissimo, réal en plein sur Les héros n'ont pas froid aux oreilles, La fiancée qui venait du froid ou La tour Montparnasse infernale, et quelques autres); Charles Nemes n'aime pas les héros, il leur préfère les anti-héros. Toussaint et Thérèse sont les anti-héros absolus, dont Nemes déroule l'histoire d'amour frustrante tout au long de plusieurs décennies de souffrance et d'humour, de désenchantement et d'autodérision discrète. La société évolue autour d'eux, un demi-siècle passe au fil des pages. Mais les âmes ne changent guère, Nemes gère la surface et laisse entendre la profondeur. Comme la petite musique qui tambourine à la fenêtre, qui noie les esprits de ces Deux enfants du demi-siècle sans pour autant qu'on ait l'impression qu'ils étaient mouillés. Tendrement cruel.

Olivier Descosse n'a pas les mêmes pudeurs. Le désenchantement amoureux est aussi au coeur de son nouveau roman, Passé simple, mais il l'affronte avec une sorte d'ingénuité héroïque, du même acabit que celle qu'il avait mis en avant dans son précédent roman, L'autre. Membre de la Ligue de l'Imaginaire, auteur de polars et de récits fantasmagoriques, d'heroïc fantasy aussi sous son pseudo de Richard Taleman, Descosse est dans son autre vie avocat. Et son récit est probablement empreint de cette autre expérience : pointilleux dans les détails de l'âme et dans les faits et gestes du crime amoureux auquel se livrent ses personnages (sans que l'on sache bien lequel est le criminel, lequel est la victime), Descosse enquête au plus profond du sentiment et du désir. Le crime amoureux est de fait bel et bien partagé, et chacun en est victime ici, malgré la beauté tropicale des lagons de Polynésie. Mais la carte postale de la passion amoureuse ne cache pas bien longtemps l'enfermement provincial d'une île du bout du monde pour les deux tourtereaux parisiens qui ont cru s'échapper. La cage est peut-être immense, mais elle ressemble au dôme réaliste du film de Peter Weir The Truman Show. Une scène gigantesque pour deux papillons aveuglés par leur propre lumière. Acide.
--
Cyril Marask
pour Words from Mars

> "Un bref moment d'héroïsme", par Cédric Fabre, aux éditions Plon (collection Sang Neuf), 350 pages, 17 euros.
> "Deux enfants du demi-siècle", par Charles Nemes, chez HC Editions, 208 pages, 19 euros.
> "Passé simple", par Olivier Descosse, chez Pygmalion, 277 pages, 18 euros.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :