Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La chronique de Paul Hardman : Révolution

27/12/2016 -

Bande-son accrocheuse, avec le Revolution des Beatles, le Anarchy in the UK des Sex Pistols, le What's goin' on de Marvin Gaye, et bien d'autres. On ne se demande pas à quoi Sébastien Gendron a été biberonné, il n'y a pas de doute, il carbure au rock'n'roll. Et son nouveau bouquin aussi. Révolution, un roman, qui aurait été à d'autres époques classé "polar", qui oscille entre la colère, l'humour et la volonté de "dénoncer" (notre société, ses élites, son fonctionnement, etc). Rien de nouveau sous le soleil, si ce n'est une histoire qu'il raconte en la portant à bras le corps, ou plutôt qu'il fait porter à bras le corps à son héroïne Pandora, qui carbure (s'il m'autorise la référence au cinéaste Robert Aldrich) en quatrième vitesse. Après un démarrage un peu soft qu'on lui pardonnera parce qu'il fallait bien mettre tout ça en place et faire monter la colère, la deuxième partie du livre, le morceau de bravoure, est un régal pour le lecteur ou la lectrice sachant apprécier une dose de nonsense - fut-il (presque) réaliste - dans son quatre-heures. On savait que Gendron aimait bien rouler à côté des autoroutes, là il fonce droit dessus, mais pour mieux la démonter (l'autoroute). C'est tout à fait intéressant, tout à fait intelligent, tout à fait cool aussi et, même si ça ne cherche pas à être un traité de philo, on y croise page après page quelques questionnements qui valent bien qu'on s'y arrête.

Paul Hardman
"Revolution", de Sébastien Gendron, aux éditions Albin Michel, 400 pages, 19,90 euros.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :