Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marek Halter, l'homme qui racontait les femmes

08/12/2016 -

Il y a quelques jours de cela, l'écrivain Marek Halter était à l'Alcazar, à Marseille, pour une causerie, une conférence, un débat (suivi de quelques dédicaces), à propos de son dernier roman, Eve (éditions Robert Laffont). Eve est le dernier en date (et sans doute le dernier, après Sarah, Marie, Kadija, Aïcha, etc) des romans de Marek Halter dépeignant les femmes des textes révélés, torah, bible et coran; Eve est, à en croire Marek Halter et beaucoup d'autres, la femme originelle. Et, à la fois, ultime. L'alpha et l'omega sans qui l'humanité ne serait au bout du compte qu'un troupeau de moutons qui n'aurait jamais eu la curiosité de se pencher sur les comment et les pourquoi. Mais pour "expliquer" Eve, Marek Halter, en véritable conteur (ce qu'il explique être fondamentalement dès le début de la rencontre), nous relate un récit qui a presque l'air de sortir des pages de la bible, tout en respectant les canons d'un véritable suspense d'aventure hollywoodien. "Pourtant, il n'y a que très peu de passages qui parlent d'elle dans la bible, dit-il, et quelques lignes dans le coran". Avec ce peu de matière, Halter trace un récit bourré d'aventure et d'émotions. Eve elle-même n'apparaît que dans la deuxième moitié du roman, dominé dans ses deux cents premières pages par d'autres personnages, notamment une autre femme, Nahamma (mais on ne vous en dit pas plus), un père et chef de clan limité par des oeillères culturelles, Lemec'h, et un "métis" qui sert de passerelles entre les compréhensions du monde, Lekh'Lekha. Eve nous entraîne dans une réflexion sur l'importance de l'intelligence, sur la notion de sacrifice et, pour ceux qui le voudront, sur l'idée de dieu. Le tout dans une langue simple mais avec l'envie à chaque page d'aller voir la suivante. Un conteur. Qui ne s'est pas privé lors de cette rencontre de raconter son livre avec malice et finesse. Les spectateurs de l'Alcazar n'auront pas eu le temps de s'ennuyer à l'écoute de ce romancier sans limites qui a su glisser aussi, au passage, son dernier voyage à Moscou, son amitié avec les grands de ce monde, et son courage face aux dérives violentes qui noircissent notre planète.

Words from Mars

photo © Alcazar. La rencontre était animée par le journaliste et éditeur Patrick Coulomb.

Partager cet article

Repost 0